Accueil » Le GR20 : 200 km à travers les montagnes corses [Guide Complet]

Le GR20 : 200 km à travers les montagnes corses [Guide Complet]

Rédigé par Cédalise Mariotti

Le GR20, on n’avait pas prévu de le faire. L’été 2020 était très incertain et c’est 1 semaine avant de partir que l’on a décidé de partir. Avion pour la Corse, départ le lendemain, et 7 jours plus tard l’arrivée à Conca.

Si tu souhaites le faire mais que tu n’as aucune expérience en randonnée, en montagne… Sache que nous étions à ta place il y a 1 an. Et on s’est lancé sur le GR20, puis le Chemin de Compostelle, puis un morceau du GR10, accumulant de l’expérience, et je te livre maintenant cet article pour t’aider à préparer ton GR20 de A à Z 🙂

Alors, quelle distance fait le GR20 au total ? Quel dénivelé et distance pour chaque étape ? Peut-on le faire sans entraînement ? Quels sont les logements sur le GR20 ? Vaut-il mieux dormir en tente ou en dortoir ? Les bâtons de marche sont-ils indispensables ? Y a-t-il des sources naturelles sur le parcours ?

Et bien sûr… chaussures de trail ou chaussures de randonnée ??

Toutes les réponses à tes questions sont ici, bonne lecture ! 🙂

J’ai aussi mis en ligne une vidéo du trip, si tu veux la regarder !

Une randonneuse traverse un court d'eau sur l'étape du GR20, passant par le Lac de Nino

SOMMAIRE

1. Les étapes du GR20

Voici les 15 étapes du GR20 (sans passer par A Matalza). Les distances et dénivelés sont ceux de ma montre Polar, enregistrés lors de notre GR20. Les sommets de chaque étape sont plus bas, dans le détail du GR20 en 7 jours.

Tableau récapitulatif des étapes du GR20

ÉTAPE 1Calenzana à Ortu di u Piobbu12km1545 d+ 235d-
ÉTAPE 2Ortu di u Piobbu – Carrozzu10km850d+ 895d-
ÉTAPE 3Carrozzu – Ascu Stagnu9km815d+ 640d-
ÉTAPE 4Ascu Stagnu – Tighjettu13km1255d+ 1115d-
ÉTAPE 5Tighjettu – Ciottulu di i Mori8,5km880d+ 385d-
ÉTAPE 6Ciottulu di i Mori – Manganu27km860d+ 1260d-
ÉTAPE 7Manganu – Petra Piana10km855d+ 655d-
ÉTAPE 8Petra Piana – l’Onda8km385d+ 755d-
ÉTAPE 9l’Onda – Vizzavone14km735d+ 1250d-
ÉTAPE 10Vizzavone – Capanelle16km1080d+ 410d-
ÉTAPE 11Capanelle – Prati20km970d+ 775d-
ÉTAPE 12Prati – Usciolu12km934d+ 221d-
ÉTAPE 13Usciolu – Asinau19km730d+ 950d-
ÉTAPE 14Asinau – Paliri18km484d+ 807d-
ÉTAPE 15Paliri – Conca15km465d+ 1029d-

Étape 1 du GR20 : Calenzana à Ortu di u Piobbu

12km avec 1545m de dénivelé positif et 235m de dénivelé négatif.

Tu montes sans arrêt pour commencer, jusqu’au sommet de l’étape, à 1556m d’altitude. Jusqu’ici tu peux encore apercevoir la mer, mais le paysage devient vite montagneux et les premières parties « d’escalade » commencent ! Cette étape nous a fait réaliser la difficulté du GR20 et les conditions sur place. Il y avait quelques sentiers plus roulants qui permettent de marcher tout en regardant la vue.

Un chemin sillonne la montagne, assez plat. On voit un sommet au loin, et un randonneur au premier plan.
étape 1
Les montagnes du GR20 se dressent de partout, on distingue à peine le chemin.
étape 2, la longue descente jusqu’au refuge

Étape 2 du GR20 : Ortu di u Piobbu à Carrozzu

10km avec 850m de dénivelé positif et 895m de dénivelé négatif.

Tu démarres avec quelques sentiers plats (ne t’y habitue pas), puis une montée à 1600m et une légère redescente, puis tu montes jusqu’au sommet de l’étape à environ 2030m d’altitude, avant de redescendre à 1500m. Un petit enchaînement de col dans les éboulis et une descente finale qui nous a paru très longue tellement le terrain était accidenté !

Étape 3 du GR20 : Carrozzu à Ascu Stagnu

9km avec 815m de dénivelé positif et 640m de dénivelé négatif.

Le sommet est à 1900m d’altitude avant de redescendre à 1400m. Encore un peu d’escalade sur cette étape et des montées dans les éboulis. On voit la station d’Ascu Stagnu depuis très loin, ce qui peut être frustrant car on a l’impression de ne jamais s’en approcher ! On aperçoit aussi le Monte Cinto, qui paraît vraiment impression avec ses 2700m d’altitude.

Plusieurs randonneurs se frayent un chemin entre les parois rocheuses de l'étape 3 du GR20.
étape 3, le Cirque de Bonifatu
Le Monte Cinto, le sommet du GR20
Le Monte Cinto, sommet du GR20

Étape 4 du GR20 : Ascu Stagnu à Tighjettu

13km avec 1255m de dénivelé positif et 1115m de dénivelé négatif.

Une grosse étape, avec un point culminant à 2600m d’altitude et une longue montée jusqu’à 1600m d’altitude ! C’est l’étape qui remplace le Cirque de la Solitude. On y trouve le Monte Cinto, point culminant du GR20 à 2700m, mais c’est en dehors du parcours et nous avons décidé de ne pas le faire (1h45 pour faire l’aller-retour). Les paysages sur cette étape sont très rocailleux et abrupts, peut-être l’étape la plus physique du GR. Elle se termine sur une longue descente vers le refuge et un retour à la verdure, après le paysage lunaire du Monte Cinto.

Étape 5 du GR20 : Tighjettu à Ciottulu di i Mori

8,5km avec 880m de dénivelé positif et 385m de dénivelé négatif.

Tu monteras de 1400m à 2000m d’altitude. Étape plutôt simple après l’étape 4, tu y es souvent à l’ombre des arbres sur le flanc des montagnes. Tu descends ensuite dans la vallée et on marche le long de la rivière, avec des points d’eau pour se baigner.

Un chemin traverse la montagne, sous les sapins et le ciel bleu.
étape 5, une étape un peu plus roulante
Le chemin de l'étape traversant le Lac de Nino, sur le GR20
étape 6

Étape 6 du GR20 : Ciottulu di i Mori à Manganu

27km avec 860m de dénivelé positif et 1260m de dénivelé négatif.

Tu redescendras à 1400m, puis remonteras à 1800m et finiras par une légère descente jusqu’à 1600m d’altitude. Tu passes par Castel de Vergio, une station de ski avec un restaurant pour faire une pause repas. C’est l’étape la plus longue du GR20 mais aussi une des plus faciles, et elle fait du bien au moral. Le terrain est très roulant et plat sur une bonne partie. Tu passes autour du Lac de Nino et dans la vallée, la vue est vraiment sympa ! La bergerie de Vaccaghja se situe 2km avant le refuge de Manganu.

Étape 7 du GR20 : Manganu à Petra Piana

10km avec 855m de dénivelé positif et 655m de dénivelé négatif.

L’étape commence par une première montée à 2200m, puis une descente à 2000m, et une remontée à 2200m pour finir. C’est l’étape avec la Brèche de Capitello et son lac magnifique. Une des plus belles vues du GR20, qui vaut le coup de s’arrêter pour l’admirer. Les lacs sont accessibles par plusieurs sentiers mais l’eau était déjà froide en septembre !

Le Lac de Capitello, niché au creux des montagnes corses, sur le GR20
étape 7, le Lac de Capitello
Un randonneur marche sur les crêtes des montagnes du GR20. Il paraît minuscule à côté des montagnes.
étape 8, la variante alpine

Étape 8 du GR20 : Petra Piana à l’Onda

8km avec 385m de dénivelé positif et 755m de dénivelé négatif.

L’étape oscille entre 1800m et 1900m, puis redescend à 1400m et enfin remonte pour culminer à 1900m. Deux itinéraires possibles, par les crêtes (plus courte mais plus difficile) ou par la vallée (plus longue et plus plate). Nous avons opté pour les crêtes et c’était probablement les plus beaux paysages que nous avons vus sur ce GR20. Marcher sur les crêtes permettait de voir le paysage tout autour et en dessous de nous, c’était impressionnant. Par contre l’itinéraire par la vallée est vivement recommandé en cas de mauvais temps.

Étape 9 du GR20 : l’Onda à Vizzavone

14km avec 735m de dénivelé positif et 1250m de dénivelé négatif.

Une descente sur toute l’étape, de 2000m à 900m d’altitude ! La dernière étape du GR Nord et celle qui nous a paru la plus difficile (probablement car c’était la troisième étape de notre journée ahah, on voulait juste en finir avec le nord). La descente jusqu’à Vizzavone est INTEEEERMINABLE et fait presque regretter les montées… ! L’étape se finit sur quelques kilomètres de plat jusqu’à la route et on les a à peine appréciés tellement on était fatigué ahah.

Les crêtes et le chemin sur le GR20
étape 9, les vues impressionantes
Un randonneur au loin marche sur le sentier qui longe le flan de la montagne
étape 10

Étape 10 du GR20 : Vizzavone à Capanelle

16km avec 1080m de dénivelé positif et 410m de dénivelé négatif.

L’étape commence par monter à 1600m, puis s’aplanit jusqu’à la fin. On sent tout de suite la différence avec le GR Nord. Le sentier est agréable, on traverse des petits ruisseaux et cours d’eau, et même si ça monte toujours, au moins en a fini des cailloux à perte de vue. La nature fait son retour, forcément avec la perte d’altitude ! On a aussi été étonné de voir une autre station de ski, à Capanelle. Cette étape a un accès par la route, donc il est possible de s’arrêter ici si tu le souhaites ou si tu es blessé.

Étape 11 du GR20 : Capanelle à Prati

20km avec 970m de dénivelé positif et 775m de dénivelé négatif.

Tu commenceras par une descente à 1300m, puis le profil ondule jusqu’à 1500m avant de remonter à 1800m dans le dernier tiers du parcours. Un petit passage sur une route principale qui mène à un relais où l’on peut se ravitailler. Petit bonus, la vue sur la mer à Prati, qui donne un avant-goût de la fin du GR !

Le lever du soleil depuis la tente, au refuge de Prati, dernière étape du GR20
étape 11, vue mer depuis Prati
Un troupeau de chèvres en haut de la montagne
étape 12

Étape 12 du GR20 : Prati à Usciolu

12km 934m de dénivelé positif et 221m de dénivelé négatif.

Le parcours monte d’abord à 1900m, puis redescend à 1500m et remonte enfin à 1800-1900m. L’étape est très belle et on longe les crêtes tout du long, jusqu’au refuge qui surplombe la vallée. Le parcours reste assez technique avec quelques éboulis qui rappellent le GR Nord.

Étape 13 du GR20 : Usciolu à Asinau

19km pour 750m de dénivelé positif et 930m de dénivelé négatif.

Le parcours est roulant au début, puis remonte jusqu’à 2000m et redescend à 1500m en fin d’étape. On a une vue imprenable sur les montagnes tout du long puisque l’on marche à flan. On croise aussi des troupeaux de chèvres sur la route. La descente finale est longue et on peut voir le refuge de très loin.

Une alternative existe, de Usciolu à A Matalza (10km) puis de A Matalza à Asinau (10km). 10km avec 100m de dénivelé positif et 490m de dénivelé négatif.

Les descentes dans la brume et les nuages, sur le sentier rocheux
étape 13, descente vers le refuge
Le dernier jour et dernier refuge du GR20. Lever de soleil sur les montagnes, les randonneurs se préparent à partir.
étape 14, départ au lever du soleil

Étape 14 du GR20 : Asinau à Paliri

18km avec 484m de dénivelé positif et 807m de dénivelé négatif.

Le relief est descendant, avec quelques bosses et une arrivée à 1000m d’altitude. Ici encore deux alternatives : par le sentier qui longe le ruisseau dans la vallée, ou par les aiguilles de Bavella. Nous avons choisi la vallée, par manque de temps et peut-être un peu de fatigue, et finalement cela nous a fait du bien d’être un peu à l’ombre des arbres.

Étape 15 du GR20 : Paliri à Conca

15km avec 465m de dénivelé positif et 1029m de dénivelé négatif.

Relief encore descendant avec deux petites bosses, et pour finir un retour presque au niveau de la mer, à 230m d’altitude. L’étape de fin et ça se sent. La vue sur mer qui se rapproche sans cesse. La descente paraît encore interminable, jusqu’au panneau d’arrivée du GR20 que nous avons cherché un bon quart d’heure tellement il était petit !!

La dernière étape du GR20. La végétation fait son retour.
étape 15, dernière pause ravito !

Tracés GPX

Retrouve les fichiers GPX des étapes du GR20 dans ce dossier Drive.
(WordPress n’autorise pas à télécharger directement sur l’article).

Il y a les 15 gpx séparés pour les 15 étapes (sans A Matalza), et les 7 gpx pour le faire en 7 jours.

Les données (et surtout les dénivelés) varient d’un appareil à un autre, ne sois pas étonné si ton appareil indique des dénivelés légèrement différents de ceux annoncés dans cet article !

2. Se préparer pour le GR20

Quelle condition physique pour faire le GR20 ?

Ta préparation dépend vraiment de ton objectif de temps.

Si tu as 15 jours pour le faire et que tu veux profiter des après-midis pour te relaxer et discuter avec les autres randonneurs, tu n’as pas besoin d’un entraînement de titans, une bonne condition physique de base suffira.

Si tu es vraiment sportif, le faire en 7 jours est totalement faisable. Par contre si tu souhaites le faire en 5 jours ou moins, un entraînement est nécessaire. On a discuté avec des groupes qui le faisaient en mode trail (avec des sacs ultra-légers), et la plupart le faisaient aussi en 7 jours, mais allaient plus vite que nous. Quand on leur demandait pourquoi ils ne le faisaient pas en 5 jours, ils expliquaient que la différence de niveau requis entre 7 jours et 5 jours était vraiment importante.

Personnellement, nous n’avions pas effectué de préparation spécifique pour ce GR. D’ailleurs, aucun de nous n’avait fait de randonnée sur plusieurs jours avant cela. C’était une décision de dernière minute (en partie à cause du contexte sanitaire).

MAIS nous sommes tous les deux très sportifs (vélo et course à pied) et en excellente santé. Les sports d’endurances sont nos points forts et c’est ce qu’il faut pour arriver à bout de ce GR : la capacité d’encaisser plusieurs jours de marche en haute montagne en dormant mal et peu. On l’a fait en 1 semaine, on n’aurait pas pu faire plus rapide à notre niveau. Si on devait le refaire en moins de temps, on ferait un entraînement spécifique et on réduirait le poids du sac.

Ta condition physique aide également à ne pas te blesser. Nous avons vu de nombreuses personnes en béquilles aux étapes qui avaient un accès par route. Il est très facile de se tordre une cheville dans les cailloux.

Pour les ampoules, ne pas faire l’impasse sur deux choses: des chaussettes spécifiques de randonnée, PROPRES et changées tous les jour ; et de la crème Nok pour les pieds (à appliquer matin et midi si tu doubles les étapes). Grâce à cela, nous n’avons eu aucune ampoule !
GR20 solo ou à plusieurs ?

On l’a fait à deux, mais pas mal de personnes le font seuls ! C’est un choix personnel encore une fois, pas de bonne ou de mauvaise façon de le faire. Personnellement j’aimerais le refaire un jour seule.

Le GR20 est-il vraiment « le plus dur d’Europe » ?

Oui, le GR20 est difficile.

Pas le plus difficile à notre avis, mais on a tout de même pris une claque.

On a trouvé que le GR Nord était ‘sous estimé’ dans le Topo Guide. Également sur le site regroupant les informations du GR. C’est beaucoup plus d’escalade, de passages techniques, presque dangereux si on ne fait pas attention. Il ne faut pas avoir le vertige car on est souvent amené à voir le vide. La grosse difficulté réside aussi dans le fait que c’est un chemin de pierres et cailloux, avec très peu de chemin de terre ou ‘roulant’. Incontestablement, les étapes du Nord sont plus difficiles ; et toutes les étapes du Nord sont sensiblement du même niveau.

Le GR Sud est également un peu sous estimé, il est décrit comme étant vraiment roulant, mais il reste quand même extrêmement technique par endroits. Ne t’attends pas à une randonnée facile, ça reste très exigeant avec du dénivelé et des passages techniques. Surtout avec la fatigue accumulée si tu as fait le Nord avant !

Les difficultés du GR20, de l'escalade parfois
étape 7, descente en rappel, mais sans corde ahah

Est-ce le « plus beau GR d’Europe » ?

Le GR 20 est magnifique, c’est indéniable. La haute montagne tient ses promesses (et on l’a vérifié cet été en faisant un morceau duGR10 !) C’est à couper le souffle. Il faut s’arrêter pour regarder le paysage et l’apprécier : difficile d’admirer les lieux en marchant car il faut sans cesse regarder où l’on met les pieds pour ne pas trébucher sur des pierres ou cailloux.

Si vous le faites en 1 semaine ou moins, le paysage est plus difficile à apprécier. En 15 jours, vous aurez la possibilité de vous baigner dans les sources, vous arrêter pour admirer le paysage, et profiter des paysages corses !

L'étape 6 du GR20 et le Lac de Nino
étape 6, dans la vallée après le Lac de Nino

3. Planifier son GR20

Le GR20 est annoncé comme long de 180km ; on a compté environ 200km et 13 000m de dénivelé. En doublant les étapes, on marchait entre 8 et 12 heures par jour (avec pause). On mettait en moyenne deux fois moins de temps que les temps annoncés sur les panneaux, qui correspondaient souvent à un rythme de quasiment 1 km/h.

La meilleure période : juin à septembre

Le mois de juin est souvent indiqué comme le meilleur mois : moins de monde et météo clémente.

Juillet et août sont plus bondés et les grosses chaleurs peuvent gêner pas mal de gens, ainsi que le risque d’orages.

Personnellement nous l’avons fait fin août / début septembre, et on a eu des conditions idéales en journée. Très peu de monde (Covid oblige), météo excellente et aucune pluie. On était couvert en haut des sommets, et en tee-shirt et short dès que l’on redescendait un peu.

Au-delà des températures, le vrai atout d’un GR20 entre juin et septembre, c’est la longueur des journées. On n’a jamais eu besoin d’utiliser nos frontales et on savait qu’on arriverait aux refuges avant la nuit à chaque fois, et ça, c’était rassurant. Après septembre, les journées sont considérablement raccourcies et tu es vite amené à devoir marcher dans la nuit, le matin ou le soir.

Par contre, on a trouvé qu’il faisait vraiment froid la nuit, fin août / début septembre. On descendait presque à zéro, comme la majorité des refuges sur la route sont situés assez haut en montagne. On te conseille vraiment de t’équiper pour dormir au chaud !

Les risques du GR20 : orages, incendies, neige, altitude

2 jours avant notre départ, des parties du GR étaient fermées pour cause d’incendie, et 2 jours après notre arrivée à Conca, des pluies torrentielles sont tombées sur le parcours. La météo est très changeante et peut facilement virer au cauchemar, en été avec les orages et les grosses chaleurs, et en hiver avec la neige et la pluie aussi.

Regarde bien la météo avant de partir et vérifie s’il n’y a pas d’alertes incendies sur ce site. N’hésite pas aussi à demander dans les refuges le temps annoncé et ce qu’ils en pensent.

Ralentis le rythme en altitude lorsque ta respiration devient plus difficile. J’ai remarqué que je devenais un peu essoufflée au-delà de 2300m, et j’avais aussi les mains qui gonflaient. Faire également attention au sommet entre le vent et le froid. Attends-toi à passer du soleil au brouillard assez rapidement lorsque tu atteins une certaine altitude, ça nous a surpris au début, mais c’est totalement normal 🙂

Dans quel sens faire le GR20 ?

Le sens traditionnel va du Nord au Sud et c’est ce que l’on a fait. Il y a plusieurs détails à considérer pour choisir le sens.

En partant du Nord, le plus dur est fait en premier. Mentalement, ça aide de savoir que la deuxième moitié est plus facile ! Et avec la fatigue accumulée, on ne se serait pas vu enchaîner le Nord après le Sud.

En partant du Sud, la moitié la plus facile, on peut voir cela comme un échauffement pour la suite. On parle aussi souvent du fait que le soleil est dans notre dos en faisant Sud-Nord, mais franchement ça ne nous a pas gênés dans le sens Nord-Sud.

La météo peut également t’aider, par exemple s’ils annoncent de gros orages au nord et grand soleil au sud, mieux vaut commencer par le sud et les orages seront passés lorsque tu arriveras au nord ! Il y a également la possibilité de ne faire que le nord ou que le sud, en prenant le train à Vizzavone.

Autre point à noter. Lors de certaines descentes très abruptes et techniques, on s’est dit pas mal de fois que l’on était bien content de devoir descendre ce versant et non le monter comme le font les randonneurs du Sud au Nord. Était-ce réellement plus dur à monter qu’à descendre, on ne le saura jamais.. Mais c’était notre impression !

Quel format choisir ? Quelles étapes doubler ?

Nous étions partis avec l’idée de le faire en 10 jours. Et puis une fois sur place, on s’est rendu compte que l’on pouvait ‘facilement’ doubler les étapes du GR20 sans être complètement rincé les jours d’après. Tu peux commencer à doubler lorsque tu marches plus rapidement que les temps annoncés dans le topoguide, ce qui était notre cas. On a même fini par en tripler quelques-unes, pour au final finir en 7 jours.

Les étapes du GR20 Sud sont probablement les plus faciles à double ou tripler : elles sont plus longues mais bien plus roulantes et moins exigeantes. Il est aussi possible de doubler des étapes du Nord, comme nous l’avons fait.

La communauté du GR 20 fait l’éloge de la lenteur. Bien que l’idée soit attrayante, il y a cependant plusieurs limites à cela. Tout le monde n’a pas 15 jours complets de vacances, ni un budget pour assumer 15 jours à manger comme 3 personnes et dormir en refuge (le budget double quasiment si vous le faites en 7 ou 15 jours). Et puis même avec 15 jours de vacances, on aime le défi sportif, le challenge, et la récompense après d’aller se prélasser au soleil quelques jours !

Donc : ton GR, ton rythme.

Fais ce qui te plaît, une randonnée paisible en montagne ou un vrai défi sportif, il n’y a pas de règle !

Les montées dans les éboulis sur le GR20
étape 9, première montée dans les éboulis

Faire le GR20 en 7 jours (nos étapes)

Faire le GR20 en 7 jours est plus accessible qu’il n’y paraît. Avec une bonne condition physique de base et un mental solide, c’est à la portée de beaucoup (à notre avis) ! Évidemment il y a aussi une part de chance, avec la météo qui peut être rude et te retarder (avec de gros orages par exemple).

JOUR 1 : 20km (GR20 étapes 1 et 2)

  • Départ 10h30
  • 9h de marche, 11h avec pauses
  • Calenzana – Ortu di u Piobbu – Carrozzu
  • 2305d+ et 1125 d-
  • Altitude max: un col à 2036m

JOUR 2 : 16km (GR20 étapes 3 et 4)

  • Départ 9h
  • 10h de marche, 12h30 avec pauses
  • Carrozzu – Ascu Stagnu – Tighjettu
  • 2005d+ et 1650d-
  • Altitude max: un col à 1982m, un col à 2600m

JOUR 3 : 25km (GR20 étapes 5 et 6)

  • Départ 9h
  • 8h30 de marche, 12h30 avec pauses
  • Tighjettu – Ciottulu di i Mori – Manganu
  • 1775d+ et 1700d-
  • Altitude max: un col à 2045m, un col à 1880m

JOUR 4 : 32km (GR20 étapes 7, 8 et 9)

  • Départ 9h30
  • 7h30 de marche, 11h40 avec pauses
  • Manganu – Petra Piana – l’Onda – Vizzavone
  • 1940d+ et 2630d-
  • Altitude max: un col à 2300m, un col à 2100m

JOUR 5 : 34km (GR20 étapes 10 et 11)

  • Départ 8h
  • 8h de marche, 11h avec pauses
  • Vizzavone – Capanelle – Prati
  • 2035d+ et 1150d-
  • Altitude max: un col à 1629m, un col à 1840m

JOUR 6 : 31km (GR20 étapes 12 et 13)

  • Départ 7h30
  • 7h de marche, 10h avec pauses
  • Prati – Usciolu – Asinau
  • 1660d+ et 1100d-
  • Altitude max: un col à 1980m, un col à 1967m, un col à 2000m

JOUR 7 : 33km (GR20 étapes 14 et 15)

  • Départ 7h
  • 7h de marche, 11h avec pauses
  • Asinau – Paliri – Conca
  • 1050d+ et 1200d-
Le chemin sur les crêtes du GR20
étape 9

Autres formats

GR 20 en 5 jours
  • Jour 1 : 29km (étapes 1, 2, et 3) – 3210 d+ et 1770 d-
  • Jour 2 : 34km(étapes 4, 5 et 6) – 2900 d+ et 2035 d-
  • Jour 3 : 32km (étapes 7, 8 et 9) – 1975 d+ et 2660 d-
  • Jour 4 : 46km (étapes 10, 11 et 12) – 2984 d+ et 1406 d-
  • Jour 5 : 52km (étapes 13, 14 et 15) – 1679 d+ et 2789 d-
GR 20 en 8 jours
  • Jour 1 : 22km (étapes 1 et 2) – 2305d+ et 1125 d-
  • Jour 2 : 16km (étapes 3 et 4) – 2005d+ et 1650d-
  • Jour 3 : 25km (étapes 5 et 6) – 1775d+ et 1700d-
  • Jour 4 : 18km (étapes 7 et 8) – 1240 d+ et 1410 d-
  • Jour 5 : 30km (étapes 9 et 10) – 1815 d+ et 1660 d-
  • Jour 6 : 30km (étapes 11 et 12) – 1904 d+ et 996 d-
  • Jour 7 : 20km (étapes 13 et 14) – 747 d+ et 1048 d-
  • Jour 8 : 33km (étapes 15 et 16) – 1050d+ et 1200d-

4. Le budget du GR20

Notre budget pour 7 jours (par personne)

  • Transport, 142€ : 67 (avion aller) + 9 (navette aéroport) + 16 (Bastia-Calvi) + 40 (ferry retour) + 10 (Ouigo)
  • Matériel, 265€ : 180 (chaussures) + 20 (sac) + 15 (bâtons) + 50 (Décathlon)
  • Nourriture, 210€ (environ, sur une base de 30€ par jour)
  • Logement, 165€ (chacun) : 180 (refuges) + 150 (hôtels) (divisés par deux, comme nous étions deux)

Pour un TOTAL de 782€

NOTE : retire de l’argent à Calvi, Bastia ou Calenzana (à la Poste), il n’y a aucun distributeur, sur le GR20, et la plupart des refuges ne prennent pas la carte bancaire. Personnellement nous avons retiré environ 300€ chacun. Cela a suffit à couvrir les dépenses des 7 jours (hormis une nuit d’hôtel à Vizzavone, payée par carte).

Transports

On peut se rendre en Corse par avion, en arrivant à Bastia (pour un départ du Nord), Figari (pour un départ du Sud), ou Ajaccio (côte ouest, donc plus compliqué ensuite pour se rendre au point de départ). Vous pouvez facilement trouver des vols pas chers sur Volotea, nous avons personnellement payé 67€ pour un Paris-Bastia mais il y en a des moins chers (au départ de Nantes, Caen ou Marseille par exemple).

Tu peux également prendre l’option Corisca Ferry si tu habites dans le sud de la France, l’option la plus longue. Un aller continent-Corse coûte entre 40€ et 120€. Les réservations se font sur le site de Corsica Ferries. Si comme nous tu es dans le nord de la France, tu peux prendre un Ouibus qui t’emmènera jusqu’à l’embarquement pour à peine 10 euros.

Une fois arrivés à l’aéroport de Bastia, on a pris une navette jusqu’à Bastia centre (9€), puis un bus jusqu’à Calvi (16€ et 2h de route). À partir de Calvi, c’est auto-stop jusqu’à Calenzana, ou tu peux trouver un covoiturage sur le groupe Facebook GR 20. Tu peux aussi marcher 10km si tu veux t’échauffer (grand malade !)

Matériel de randonnée

En termes de matériel, tu peux dépenser au minimum mais on conseille d’investir au moins dans une bonne paire de chaussures (trail ou randonnée, voir plus bas), et si possible dans de bonnes paires de chaussettes (liens vers X-socks). Pour le reste, Décathlon fait grandement l’affaire, ainsi que tous les sites comme Le Bon Coin (avec précaution bien sûr).

J’ai personnellement dépensé 180€ dans une paire de trail (On Cloudventure), 20€ dans un sac de randonnée d’occasion, 15€ dans des bâtons, et environ 50€ chez Décathlon. J’avais aussi déjà pas mal d’affaires.

Je te partage la liste complète du matériel plus bas dans l’article avec les liens de certaines affaires.

Nourriture et logement sur le GR20

Pendant le GR20, tu auras deux dépenses : nourriture et logement.

Le ravitaillement se fait en refuge, et les prix sont élevés (forcément, tout est amené en hélico). Ils vont de 10-12€ le petit-déjeuner ou l’assiette de charcuterie, à 20€ le menu complet le soir, en passant par tous les autres prix pour les sandwhichs, cafés, gâteaux et biscuits, conserves… Le blog « officiel » du GR20 a un article détaillé sur le sujet.

Il faut également compter le fait que tes besoins en nourriture vont doubler voire tripler, à titre d’exemple nous dépensions 6000 à 8000 calories par jour ! Le budget nourriture est difficile à estimer, mais compter au moins 35-40€ par personne, par jour.

Le matin, les petits-déjeuners commencent vers 6h30-7h et il faut le réserver la veille auprès du gardien.

(Rappel : le soir, il faut aussi réserver arrivant pour réserver un repas auprès du gardien, avant 18h-18h30. Le petit-déjeuner se réserve également auprès du gardien, le soir pour le lendemain)

Quant au logement, les prix sont fixes, et nous avons dépensé environ 180€ en refuges (tarifs de 2020, ils ont changé) et environ 150€ en nuits d’hôtel (Vizzavone et Conca). Le tableau récapitulatif (tarifs 2021) est juste en dessous.

La première étape, la montagne se dresse et on voit encore l'océan au loin.
étape 1, les premières parties d’escalade !

5. Les logements sur le GR20

Les refuges du GR20

Le GR20 comprend un refuge à chaque étape, et un au départ et à l’arrivée. Ils se limitent en général à deux ou trois chalets au milieu des montagnes, et quelques-uns font également stations de ski, ce qui nous a étonnés !

Refuges du GR Nord
  • Refuge de Calenzana (mer)
  • Refuge d’Ortu di eu Piobbu (1520m)
  • Refuge de Carrozzu (1270m)
  • Refuge et station d’Asco Stagnu (1422m)
  • Refuge de Tighjettu
  • Refuge de Ciottulu di i Mori (1991m)
  • Refuge de Manganu (1600m)
  • Refuge de Petra piana (1800m)
  • Refuge de l’Onda (1430m)
Refuges du GR Sud
  • Refuge d’E Capannelle (1586m)
  • Refuge de Prati 1820m)
  • Refuge d’Usciolu (1750m)
  • Refuge d’A Matalza
  • Refuge d’Asinau (1530m)
  • Refuge du Col de Bavella (1218m)
  • Refuge de Paliri
  • Refuge de Conca (mer)
  • Vizzavone (mi-chemin): Refuge de la gare, L’Alzarella, Camping du soleil

Les tarifs 2021 en refuge

Réservation sur internetRéservation sur place
Lit en dortoir1520
Bivouac (avec votre tente)712
Tente (louée) et bivouac1823
Tente et bivouac pour 22535

NB : les tarifs en refuges ont augmenté en 2021, notamment à cause de la situation sanitaire pour réguler le nombre de personnes dans chaque refuge.

Pour 14 jours, avec réservation :

  • 210 € en dortoir
  • 98 € en bivouac
  • 350 € en tente et bivouac pour 2

Pour 14 jours, sans réservation :

  • 280 € en dortoir
  • 168 € en bivouac
  • 490 € en tente et bivouac pour 2

Pour 7 jours, avec réservation :

  • 105 € en dortoir
  • 49 € en bivouac
  • 175 € en tente et bivouac pour 2

Pour 7 jours, sans réservation :

  • 140 € en dortoir
  • 84 € en bivouac
  • 245 € en tente et bivouac pour 2

Réservation ou pas ?

Les réservations peuvent se faire en ligne ou en arrivant sur place. Il est conseillé de réserver à l’avance sur les périodes de forte affluence, et parce que ça permet aux gardiens de s’organiser. Tu payes également moins cher en réservant. Le seul bémol de la réservation, c’est le manque de flexibilité (difficile de savoir 2 semaines à l’avance si tu seras vraiment au refuge X le jour prévu).

Pour dormir en dortoir, il est quasiment obligatoire de réserver à l’avance. Les places sont très prisées.

Si tu as ta propre tente cependant, tu peux facilement réserver sur place le soir même ; ils te trouveront un emplacement.

Si tu loues une tente au refuge, c’est ce que nous avons fait, on a opté pour l’option réserver le jour pour le lendemain en tente et bivouac pour deux, puis nous avions fini par ne plus réserver du tout, pour un total d’environ 175 euros (tarifs 2020). Cela était possible car il n’y avait pas de forte affluence, et nous voulions louer des tentes et non dormir en dortoir.

Si tu as un jour d’avance ou de retard et que tu as déjà réservé et payé, tu peux essayer de voir s’il reste de la place en les contactant dans la journée (pour dormir le soir). Ça nous est arrivé une fois, et comme on était en tente, cela n’a pas posé de problème. Si tu as réservé en dortoir, on te conseille vraiment d’appeler dans la journée pour les prévenir car les places sont très vite prises. On capte du réseau au moins à un endroit sur chaque étape (souvent en altitude, rarement aux refuges) donc tu peux réserver en ligne.

À savoir également que les refuges ne laissent personne dehors (probablement par soucis de sécurité). Si tu arrives et que tout est plein, ils s’arrangeront pour te trouver une tente (mais à éviter absolument, par respect pour les gardiens et leur organisation).

Le camping sauvage est également interdit sur le GR20. Tu peux en revanche emmener ta tente et camper autour d’un refuge (option ‘bivouac’ dans les tarifs).

Tu peux contacter le service des parcs corse par email : infos@pnr-corse.fr

Tente ou dortoir ?

Nous avons opté pour la location de tente. Elles offrent plus de tranquillité et d’intimité, pas de bruit comme en dortoir, personne ne vous réveille accidentellement. Elles sont également plutôt confortables et disposent toutes de matelas, donc pas besoin d’emmener le vôtre. Également, les places en dortoir sont très prisées et il faut donc réserver à l’avance en été.

En revanche, il y fait forcément plus froid et on y est sujet aux intempéries (vent, pluie), et parfois aux bruits extérieurs (comme la nuit où un hélicoptère a survolé le refuge plusieurs fois).

Les dortoirs en refuge, nous n’y avons jamais dormi sur ce GR, mais tout le monde ne parle que des puces de lit qu’on y trouve. Pour le reste, le principe est comme en auberge de jeunesse : le confort d’un vrai lit, mais le manque d’intimité et le bruit, surtout le matin lorsque les premiers randonneurs partent à la frontale.

Horaire des repas en refuge sur le GR20

Le matin, les petits-déjeuners commencent vers 6h30-7h et il faut le réserver la veille auprès du gardien.

Pour le soir, il faut aussi réserver en arrivant pour un repas chaud auprès du gardien. Il faut donc arriver avant 18h-18h30 pour être certain d’avoir un repas chaud, après cela il risque de ne plus y en avoir à réserver. Mais tu pourras toujours acheter à manger à l’épicerie avant sa fermeture ! 

Les bergeries du GR20

Les bergeries se situent sur la route, entre les refuges.

Pour réserver, il faut appeler directement le propriétaire à l’avance :

  • La Bergerie de Ballone (30min de Tighjettu) : 06 12 03 44 65
  • La bergerie de Vaccaghja (photo) : 04 95 48 00 48
  • Alrernative de Matalza, la bergerie de Croci : 06 75 49 60 59 – 09 82 12 33 10
  • La bergerie de Basseta : 06 27 25 95 33
  • La bergerie de Asinau Chez Aline : 06 17 53 98 92
La Bergerie de Vaccaghja, sur le GR20
Bergerie de Vaccaghja

Les hôtels du GR20

Tu as bien sûr des hôtels et gîtes au départ (Calenzana et Calvi) et à l’arrivée (Conca). Pour la petite anecdote, à notre arrivée à Conca, la propriétaire de l’hôtel San Pasquale est passée en voiture et a proposé de nous emmener avec elle ! Leur hôtel est super sympa, et ils proposent de très bonnes pizzas à manger sur la grande terrasse extérieure transformée en restaurant.

Leurs coordonnées : 04 95 10 47 30 et 07 86 98 79 21.

Tu peux aussi trouver quelques hôtels sur la route. Le premier est à Ascu Stagnu, qui est en fait une station de ski et propose hôtel et restaurant. Puis tu trouveras l’hôtel Castel Vergio, à 1400m d’altitude, où tu pourras dormir et manger si tu le souhaites. Puis à mi chemin, plusieurs hôtels à Vizzavone : Casa Alta, U Castelli (là où l’on a dormi) ou encore Monte d’Oro. Il y a également des hôtels et gîtes à Bavella, qui a un accès par la route et accueille beaucoup de touristes.

6. Nourriture et eau sur le GR20

Deux options pour se ravitailler

Les refuges et bergeries : la nourriture y est plutôt chère mais tu peux y trouver de tout. Conserves, biscuits, repas chaud partout, petit-déjeuner le matin, omelette, charcuterie…

L’autonomie complète : tu emportes toute ta nourriture, et forcément cela aura un impact sur le poids du sac. La nourriture lyophilisée peut être une bonne option si tu veux partir en autonomie. Il y a de quoi cuisiner dans les refuges, c’est limité mais ça fait l’affaire si vous voulez faire chauffer de l’eau pour des pâtes ou un plat lyophilisé par exemple.

On a opté pour l’option biscuits et sandwich en journée, et au lieu de payer 20 euros pour un repas le soir, on a préféré prendre les petits-déjeuners afin de démarrer le ventre plein tous les jours. On a également emporté quelques conserves au cas où (haricots et thon, le bonheur).

À noter qu’il faut réserver les repas auprès du refuge en arrivant, et passé 18h tu risques de louper le repas chaud. Également, les refuges ne proposent pas de ravitaillement à certaines périodes de l’année, en général ils ne fonctionnent pleinement que de juin à septembre !

Si vous êtes végétariens, préparez vous à manger des biscuits, des pâtes et du fromage, en refuge et bergerie. Pour les vegan, la meilleure option est d’emmener un maximum plats lyophilisés (végétarien aussi), comme on en trouve chez Décathlon pour 6€ (pèse 200g)

L’eau sur le GR20

Pour ce qui est de l’eau, il existe des sources sur la route mais elles sont parfois sèches. On a dû en voir deux ou trois pleines. Ne compte donc pas là-dessus, à moins d’y être en pleine saison pluvieuse. On transportait une gourde de 1L chacun, et une grosse poche d’eau de 2L. Tu auras sûrement besoin de plus d’eau si tu fais le GR20 en plein mois de juillet/août.

La règle d’or : remplis tes gourdes chaque fois que tu arrives à un refuge.

Une des quelques sources d'eau du GR20, à l'étap 10
étape 10, une des quelques sources pour se ravitailler de l’eau

7. Matériel pour le GR20 [Liste Complète]

L’équipement pour le GR20 dépend aussi du type de GR que tu souhaites faire (rapide ou lent) et de la saison et du temps (neige, pluie, soleil) Nous l’avons fait fin août – début septembre, donc aucune neige, pas de chaleur écrasante. En revanche, emporte bien des affaires chaudes en fin de saison, les nuits en tente sont fraîches !

Voici notre liste pour un GR20 en été :

Sur moi
Vêtements
  • un tee shirt manches courtes (+ 1 sur moi)
  • un débardeur
  • un tee shirt long (thermique, nuit)
  • 3-4 paires de sous vêtements
  • un short (+ 1 sur moi)
  • un legging
  • 2 brassières de sport (+ 1 sur moi)
  • 2 paires de chaussettes de randonnée (+ 1 sur moi)
  • une paire de tong (pratique dans les douches)
  • un maillot de bain (pour l’arrivée!)
  • un k-way (GoreTex si possible)
  • un pantalon de pluie
  • une veste Salomon – 2 gourdes de 500mL
  • un tour de cou
  • un bandana
  • une veste chaude
Soins & hygiènes
  • 1 brosse à dents
  • dentifrice
  • 1 savon (de Marseille ou d’Alep)
  • 1 rouleau papier toilettes
  • Boule quiès (dortoir)
  • anti-inflammatoire (à utiliser avec précaution)
  • crème pour les pieds !!! Crème Nok anti-frottement
  • Strapping tape (pour les douleurs musculaires)
  • Pastilles pour purifier l’eau (j’utilise Micropur)
  • 1 serviette de randonnée
  • Serviettes hygiéniques (ou cup)
  • Pansements préventifs pour ampoule
  • crème solaire 50+
  • Baume à lèvres
Électronique
  • Téléphone + chargeurs
  • Batterie portable + chargeur
  • 1 paire d’écouteurs
  • Prise murale (multi si possible)
  • 1 lampe frontale + pile ou chargeur
Accessoires / divers
  • 1 sac de couchage
  • 1 paire de lunettes de soleil
  • Scotch d’électricien
  • Passeport (ou carte d’identité)
  • Cartes bancaires (retirer liquide avant Calenzana)
  • Carte vitale
  • 2 bâtons
  • 1 protection pluie du sac à dos
Nourriture & eau
  • Barres de céréales (Cliffbar)
  • Fruits secs
  • Sachets plastiques (pour mettre nourriture)
  • Nourriture lyophilisée
  • un couteau suisse / fourchette couteau
  • un litre d’eau 
  • une poche d’eau de 2 litres
Un panneau indiquant les refuges du GR20, au sommet d'une montagne. On voit le reste des montagnes au fond.
étape 8, au sommet

8. FAQ matériel du GR20

Autonomie ou pas ?

L’autonomie, totale, c’est bien quand on peut faire du camping sauvage. Or c’est interdit sur le GR20. Sachant que les refuges fournissent tente et matelas, on a trouvé qu’il était inutile de prendre l’option autonomie totale.

Les refuges fournissent des tentes que tu peux louer à la nuit, donc on n’en a pas emmené. On n’avait pas de tente sur le GR20 mais on a investi dans une pour le GR10 et Compostellela tente Oural 2, qui est vraiment bien mais peut-être un peu lourde pour faire le GR20 rapidement.

J’avais un sac de couchage pour le GR20 qui descendait jusqu’à 10°C et j’ai effectivement eu froid certaines nuits. Cependant plusieurs couches de vêtements peuvent régler ce souci. Quant au matelas, un matelas gonflable est fourni dans chaque refuge.

Bâtons de marche ou pas ?

Tous les groupes Facebook en vantaient les mérites, les mettant dans les listes de matériel essentiel pour le GR20 (réduction des chocs articulaires, etc). J’en ai donc acheté une paire, mais Simon n’en avait pas. Au final je les ai laissés dans un refuge au bout du 3ème jour – ils ne m’ont pas servi une seule fois.

On s’est rendu compte que les randonneurs qui le faisaient en mode trail rapide comme nous n’utilisaient pas non plus de bâtons, et les randonneurs qui prenaient plus leur temps en avaient. Alors encore une fois c’est un choix personnel, je te conseille d’en essayer avant afin de voir si tu aimes ça et s’ils te serviront !

Matériel spécifique au GR20 ?

En hiver, il faudra te renseigner pour les besoins en crampons et équipement d’alpinisme, d’autres blogs expliquent tout ceci très bien !

En été, pas vraiment besoin de matériel spécifique. Crème solaire évidemment, et lunettes de soleil, mais elles sont aussi utiles en hiver. Simon avait juste une paire de gants qui lui a été très utile car tes mains s’abîment vite à force de s’accrocher aux rochers et parois toute la journée !

Chaussures trail ou randonnée ?

L’éternelle question du choix des chaussures. Simon et moi sommes l’exemple parfait que les deux peuvent tout à fait marcher et que c’est (encore) un choix personnel.

J’avais opté pour des chaussures de trail, les On Cloudventure. J’aime la légèreté et flexibilité des chaussures de trail et je n’aime pas les chaussures de randonnée montante. Elles sont aussi trop lourdes pour moi. En chaussures de trail, tout s’est bien passé et à aucun moment je ne me suis tordu la cheville. Il faut cependant noter que les chaussures de trail ont une durée de vie plus courte, surtout sur un terrain aussi accidenté. Par exemple, mes chaussures n’ont fait que 300km en tout avant de partir à la retraite à la fin du GR ! Du matériel de qualité s’impose sur le GR20.

Simon avait des chaussures de randonnée montantes, une paire de Merrell. Il préfère le maintien solide et les semelles plus épaisses. Au final, nous avons fait ce GR ensemble et aucun de nous n’a regretté le choix de chaussures. On a fait une partie du GR10 l’année d’après et le choix s’est confirmé (j’en parle plus en détail dans cet article).

Un bon compromis peut aussi être la chaussure de randonnée basse, cependant j’avais du mal à voir réellement une différence avec les chaussures de trail.

Quel sac de couchage ?

Même fin août / début septembre, les nuits sont FROIDES. Il n’est pas impossible de descendre dans les négatives. J’avais un sac qui descendait jusqu’à 10°C (erreur) et j’ai dû me couvrir de pulls toutes les nuits, la prochaine fois je partirai avec un sac qui descend au moins jusqu’à 0°C !

Si tu es frileux(se), prends un sac de couchage qui descend en dessous de 0°C, ou prends des pulls en plus.

Quel poids et taille de sac à dos ?

La règle de base est de ne pas porter plus de 20% de son poids.

Pour 7 jours sans tentemon sac pesait moins de 8kg, 9kg avec l’eau. Celui de Simon était plus lourd car il transportait 800g de thon (ahah) et une paire de chaussures de randonnée en plus.

En autonomie totale, il faudrait donc rajouter une tente de 1,5 ou 2kg et du matériel de camping. Cependant rester autour de 10kg au total (sans eau) est une bonne idée. Si tu souhaites emporter toute ta nourriture, le poids augmente rapidement. On a marché une partie du chemin de Compostelle et du GR10 en autonomie, et notre sac pesait un peu plus de 10kg avec tente et matériel de camping.

La taille du sac varie donc en fonction de ce que tu veux emmener.

Sans tente et avec sac de couchage, 50 litres m’ont largement suffi. Avec tente et matériel de camping, on a trouvé que c’était un peu juste et qu’un sac de 70 litres serait plus adapté.

Quant au type de sac à dos, l’élément réellement important et d’avoir un sac qui repose sur les hanches, avec les sangles. D’autres éléments sont agréables, tels qu’un léger écart entre ton dos et le dos du sac pour la transpiration, le nombre de poches extérieures, et les sangles sur le dessus pour accrocher une tente ou un matelas. Attention à ne pas non plus avoir trop d’options pour mettre des affaires car plus on a de place, plus on a envie d’emmener de choses ! Un sac plus petit aide à faire une liste réduite de ce qu’on emmène.

Voilà, je te laisse ici !

Bonne chance pour ton futur GR20, c’est l’aventure d’une vie.

Il nous rappelle que les montagnes on peut les traverser, mais surtout on peut les déplacer.

Et se dépasser.

EDIT : énormément de personnes m’ont demandé l’article au format PDF et je ne peux plus suivre les demandes.
Voici donc un formulaire pour recevoir automatiquement l’article au format PDF ! 🙂

J’espère que cet article t’a été utile et qu’il t’a donné envie de te lancer.

Si c’est le cas, un partage ou même un commentaire fait toujours très plaisir 🙂

Si tu as d’autres questions, tu peux aussi me contacter, via la page Contact.

À très vite (dans l’article suivant, sur le GR10 😉 )

Céda

L’aventure dans ta boite mail ?

Pour les super warriors qui sont arrivés jusqu’ici, j’ai aussi lancé une liste d’emails pour partager des conseils et des bons plans, mais aussi des nouveaux articles qui sortent, promis aucun spam. On y parle entraînement, préparation mentale, dépassement de soi et aventure.

Rejoins la famille !

58 Commentaires

Van-Brussel Gerald -

Merci beaucoup pour toutes ces informations c’est vraiment ce que je recherchais pour réaliser le GR20 en 2022 merci d’avance de m’envoyer en PDF sur ma boîte mail et encore merci pour toutes ces infos

Répondre
Cédalise Mariotti -

Bonjour ! Merci pour votre retour, je suis heureuse qu’il puisse vous être utile !
Je viens d’ajouter en bas de l’article, un formulaire pour recevoir directement l’article au format PDF, si vous voulez jeter un oeil 🙂
(J’ai ajouté ce formulaire car énormément de personnes me demandent le PDF et je ne peux plus envoyer les emails un par un ahah)
Bonne journée !

Répondre
Dupain -

Superbe belle synthèse du GR 20 que j’ai l’intention de faire en 2022. Merci pour l’ensemble des infos.
Pour ma part je sors du TMB et là aussi je préconise à tous de le faire. Randonnée endurante sans difficulté majeure, mais tellement magnifique compte tenu de l’environnement du Mont Blanc. Profitez de faire une pause à Courmayeur. Ville de montagne très sympa. Bien à vous
Patrick.

Répondre
Cédalise Mariotti -

Merci pour ce retour !
Je rêve de faire le TMB, peut être l’été prochain qui sait…

Répondre
Mahieu -

Bonjour !
Votre partage donne envie, j’ai le physique et mental
Mais j’ai le vertige 😵‍💫
J’ai fait des treks dans les Pyrénées et j’ai pu dépasser ma peur voire progresser
Je suis intéressée par le pdf
Merci encore de nous faire rêver et peut être espérer

Répondre
Cédalise Mariotti -

Bonjour !
Je viens de vous envoyer le PDF par email 🙂
Merci pour ce retour, et effectivement le vertige peut poser soucis sur le GR20, il y a quelques passages vraiment costaud où l’on peut avoir le vertige.
C’est une bonne idée d’y aller petit à petit et de dépasser votre peur et progresser !
Je suis sûre que vous y arriverez un jour 💪🏻

Répondre
FLEURY -

Super , un plaisir à lire , hâte d’y être
Merci à toi

Répondre
Cédalise Mariotti -

merci pour votre retour! 🙂

Répondre
Adam -

Tout est dit,super

Répondre
Cédalise Mariotti -

Merci pour ce retour ! 🙂

Répondre
LETERRIER Christophe -

Super merci pour toutes ces infos cela va me servir car je dois le faire en 8 jours fin juin 2022.
Peux-tu m’envoyer le pdf s’il te plaît.
Sportivement Christophe.

Répondre
Cédalise Mariotti -

Merci pour ce retour, et je vous envoie le PDF par email !

Répondre
Boucheny -

Merci pour ce partage. J’avais déjà très envie de le faire mais la c’est décidé !!

Répondre
Cédalise Mariotti -

n’hésite plus, lance-toi, c’est une aventure incroyable!!

Répondre
Filot mich -

Bonjour,
Merci… ça y est ! Je n’hésite plus! Je veux le faire ! Merci pour ce super article…plus qu’à trouver une partenaire !
Belle soirée 😀😍

Répondre
Cédalise Mariotti -

Contente de voir que cet article t’aide à sauter le pas et partir ! 🙂

Répondre
SOTOCA -

Merci pour le partage 😉

Répondre
Cédalise Mariotti -

C’est avec plaisir 🙂

Répondre
Demazeux -

Une partenaire pour quand ?

Répondre
Guy -

Bravo et merci pour ce retour d’expérience très complet et profitable pour tous ; je le garde précieusement pour une tentative en 2022!

Répondre
Cédalise Mariotti -

C’est avec plaisir, merci du retour !

Répondre
BARREAUX ELISE -

Bonjour,
Merci pour vos conseils et votre retour d’expérience qui donnent envie !
Je veux bien le format PDF 🙂

Répondre
Cédalise Mariotti -

Merci pour ce commentaire, je vous envoie le PDF ! 🙂

Répondre
GR10 : 100km d'Hendaye à Saint-Jean-Pied-de-Port -

[…] Le GR20 [Guide Complet] […]

Répondre
Rouault -

Bonjour et merci pour cet excellent condensé. Deux questions cependant, quel a été votre rythme tout au long du parcours pour le faire en 7 jours, marche, marche rapide ou plus souvent trail? Côté matériel, peut-on recharger facilement portable ou appareils auditifs dans les refuges ? Y-a-til suffisamment de prises à cet effet ?
Merci d’avance pour votre réponse. Jean-Louis

Répondre
Cédalise Mariotti -

Bonjour !
Nous avions un rythme de marche, pas du tout de trail ou course à pied. On peut recharger les portables etc cependant certains refuges font payer pour recharger, le mieux est d’emmener une batterie portable !

Répondre
nicole bryjowski -

bonjour, votre article est super , pleins de bons conseils . Est ce que vous pouvez me dire si vous avez pris des habits pour tout les jours ou si vous avez lavez vos habits à mesure .

Répondre
Cédalise Mariotti -

Bonjour, merci pour le retour !
Alors on a emmené des affaires pour 2-3 jours seulement, et on lavait nos vêtements au savon d’Alep dans les refuges, c’était largement suffisant 🙂

Répondre
Sylvain Canonico -

Top aventure ! Ça donne envie de se lancer tout ça ! Super bien détaillé, tu vas rester dans mes favoris un petit moment 😅!
Merci à toi ! 🤙🏼

Répondre
Cédalise Mariotti -

Trop contente de savoir que l’article peut être utile, et j’espère que tu te lanceras !!🙌🏻

Répondre
Didier -

Bonjour et merci pour cet article vraiment complet 🙂
Est-ce que le GR traverse des villages qui permettent de se ravitailler ?
Grand merci.

Répondre
Cédalise Mariotti -

Bonjour, contente que l’article vous plaise ! Oui le GR20 passe par VIzzavone où vous pouvez vous ravitailler, et également quelques stations de ski ! 🙂

Répondre
Laurent -

Merci pour les conseils judicieux

Répondre
Cédalise Mariotti -

pas de soucis! 🙂

Répondre
Dumont -

Bonjour,
Merci pour toutes ces informations, serait-il possible de me l’envoyer aussi en pdf, de façon à ce que je puisse l’imprimer correctement.
Merci et belle journée 😊

Répondre
Cédalise Mariotti -

Bonjour,
je vous envoie le pdf par email, et merci beaucoup pour ce gentil retour !
Bonne journée à vous 🙂

Répondre
Fred37 -

Bravo pour cet article plutôt complet qui m’a bien replongé dans l’ambiance 😁. Le GR20 c’est 50% au physique et 50% au mental. Il y a des abandons et des blessures donc ne pas sous estimer la difficulté. Beaucoup sont très surpris par le côté escalade. Mais avec de la patience et pas mal de concentration c’est à la portée de beaucoup de monde. La moyenne d’âge est jeune et c’est surtout eux qui visent de faire en moins de 12 jours. Pour les autres je conseille 1 étape jour pour profiter à fond des richesses du sentier. Le pire ennemi reste à mon avis le poids du sac et le faire en autonomie signifie porter 15 à 18 kgs avec l’eau (peu d’eau en cours de route sur le nord) et c’est là qu’on apprécie les bâtons ! Le bon compromis, je te rejoins, c’est s’approvisionner dans les refuges et louer la tente, le sac ne dépassera pas les 12 kgs.
Belle aventure !

Répondre
Cédalise Mariotti -

Merci pour ce commentaire positif et ces compléments d’informations, et je suis d’accord, le poids du sac est vraiment notre pire ennemi sur ce GR20 !

Répondre
Laurent -

Merci pour les conseils judicieux

Répondre
Anonyme -

Bonjour,
Merci pour toutes ces infos !
Juste une petite question (désolé si j’ai raté l’info dans l’article), y’a t’il de quoi cuisiner dans les refuges (gaz pour faire chauffer de l’eau ) ? Avez-vous apporté un réchaud ? Il me semble ne pas avoir vu de réchaud dans la liste de votre matos…
Merci encore !

Répondre
Cédalise Mariotti -

Bonjour,
Pas de soucis !
Effectivement je n’ai pas mentionné ce détail, je vais l’ajouter dans l’article : il y a de quoi cuisiner dans les refuges, c’est limité mais ça fait l’affaire si vous voulez faire chauffer de l’eau pour des pâtes ou un plat lyophilisé par exemple. Nous n’avions pas emmené de réchaud, nous achetions à manger dans les refuges (gâteaux, sandwhichs, etc).
Bonne journée ! 🙂

Répondre
Fred37 -

Si tu emmènes un réchaud (le jetboil est parfait) on trouve du gaz à la station service à l’entrée de Calenzana mais plus rien ensuite. 1 cartouche suffit pour tout le GR pour 2 personnes. Sinon gaz et casseroles à dispo gratis à l’extérieur des refuges

Répondre
ISTAS -

Un tout grand merci pour ce très beau partage d’expérience. Je prépare le GR20 pour l’année prochaine (probablement en 7 jours au mois de juillet) et cet article est vraiment celui que je recherchais pour me préparer. Est-ce que je pourrais le recevoir en pdf ? Un grand merci d’avance.

Répondre
Cédalise Mariotti -

Bonjour ! Contente de voir que l’article est utile dans ta préparation, j’ai vraiment essayé d’inclure toutes les infos nécessaires. Je t’envoie le PDF dans quelques minutes, à l’adresse qu’il y a sur ton profil ?

Répondre
Melissa Pinelli -

Bonjour!
Super article! Merci beaucoup!
Je n’habite pas très loin de Calenzana, j’envisage de me lancer un jour sur le parcours en 15 jours, autonomie totale (ou presque). Je ne suis pas du tout randonneuse et pas une grande athlète. Je me laisse encore le temps de me forger un cardio convenable et surtout un mental de granit!

Par contre, il y a un distributeur à Calenzana, à La Poste 😉

Merci encore!

Répondre
Cédalise Mariotti -

Bonjour Melissa,
Merci beaucoup pour ce retour !
Tu as de la chance d’habiter là-bas, au moins tu peux te lancer quand tu veux ahah.
Pour le distributeur c’est dingue, on a été demander à plein d’endroits et personne ne nous a indiqué la Poste. Je vais aller modifier ça dans l’article, merci beaucoup !! 🙂

Répondre
FOURMENT Philippe -

Merci pour ce partage et tous ces conseils. j’envisage de le faire en 2022. Bien cordialement.

Répondre
Cédalise Mariotti -

C’est avec plaisir, en espérant que cet article vous aide dans votre préparation ! 🙂

Répondre
Dellis -

Top tout y est !!!

Répondre
Cédalise Mariotti -

J’ai essayé de rassembler vraiment toutes les infos nécessaires avant de partir! 🙂

Répondre
Mariani -

Super ,très utile .
Pourriez vous m’envoyer une version imprimable du Doc,je n’y ‘arrive pas avec mon vieil ordi.
Merci d’avance.

Répondre
Cédalise Mariotti -

Oui bien sûr, une version imprimable de l’article ? (je t’ai envoyé à l’adresse email indiquée sur ton profil 🙂 )

Répondre
BELLEMIN -

Merci d’avoir pris le temps d’écrire ce retour très complet de votre expérience.
J’espère le réaliser soi en 22 soit en 23. Étant plus âgé que vous, 62 ans, je vise 10/12 jours, si ma condition actuelle se maintient.
La question relative au chaussures reste ouverte pour moi. Actuellement je randonne en chaussures hautes, j’ai voulu passer en basse mais suite à des problèmes de pointure et autre je n’ai pas de retour personnel sur le sujet…
Je relirai avec force attention de nouvelles fois votre compte rendu.
Merci et portez vous bien
Pascal

Répondre
Cédalise Mariotti -

Merci beaucoup de ce retour positif, et il n’y a pas d’âge pour faire ce GR20, j’ai hâte de voir vos photos sur le groupe du GR20 quand vous l’aurez terminé !
Pour les chaussures, le mieux est de tester plusieurs paires et styles différents avant le départ, pour vous faire une idée 🙂
Portez vous bien également !

Répondre
Laurence Roex -

Bonjour, un grand merci pour toutes ces infos très précieuses! C’est génial… Le GR20 est mon défi sportif pour les 50 ans. Je compte le vivre avec mon époux et voudrions le réaliser en 10 jours afin de pouvoir par moment profiter des paysages, se baigner…
Je vois dans les autres commentaires que tu peux envoyer ces informations par mail en pdf à cette adresse mail?
Un tout tout grand merci d’avoir partagé votre expérience.

Répondre
Cédalise Mariotti -

Bonjour, pas de soucis, merci de ce retour positif ! C’est un super défi pour fêter les 50 ans, et 10 jours c’est la durée idéale pour en profiter je pense 🙂
Oui je vous envoie le pdf tout de suite, tenez moi au courant si vous le recevez !

Répondre
Gabert -

Un très GRAND merci pour toutes ces informations pratiques, teintées de modération, de respect de tous les types de randonneurs !!!
Que ça fait du bien de constater que de belles personnes continuent à partager leur expérience !

Répondre
Cédalise Mariotti -

Pas de soucis c’est avec plaisir, et le GR20 c’est pour tous les randonneurs et tous les objectifs ! J’espère que l’article vous aura aidé 🙂

Répondre

Laisser un commentaire

Articles similaires :