Accueil » Le GR10 : 100 km d’Hendaye à Saint-Jean-Pied-de-Port [5 jours]

Le GR10 : 100 km d’Hendaye à Saint-Jean-Pied-de-Port [5 jours]

Rédigé par Cédalise Mariotti

Le GR10 fut notre surprise de l’été. On avait prévu de faire le Chemin de Compostelle, et puis les plans ont changé et après 2 jours à Hendaye, on a pris nos sacs et démarré ce GR10. Objectif : relier Hendaye à Saint-Jean-Pied-de-Port en 5 jours !

La mini-aventure parfaite, qui peut s’effectuer sur 5 jours sans avoir un rythme effréné et en profitant.

Je te partage ici le détail des étapes, les points de ravitaillement, les sources d’eau, les profils d’étapes, la liste du matériel… Bref, tout ce dont tu as besoin pour préparer cette micro-aventure dans les Pyrénées 🙂

Les crêtes d'Iparla, entre France et Espagne. On voit la vallée en contrebas.
Les crêtes d’Iparla, entre France et Espagne

1. Le GR10, c’est quoi ?

Le GR10 en entier

Ce GR10, c’est 1100km et 55.000m de dénivelé pour relier Hendaye à Banyuls. De l’Atlantique à la Méditérrannée, la traversée des Pyrénées. Tu passes par les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées, la Haute-Garonne, l’Ariège et les Pyrénées-Orientales. Le chemin est indiqué par le symbole rouge et blanc, comme tous les autres en France.

On ne s’y attendait pas, mais le tracé monte jusqu’à 2700m d’altitude de 250 à 350km, puis vers les 700km. La topographie générale est disponible sur le site du GR10. En revanche les cols sont très tardivement enneigés et il est possible de faire la route de juin jusqu’à octobre. Les sites du Parc national des Pyrénées et du Parc naturel régional des Pyrénées Ariégeoises contiennent pas mal d’informations sur tout ce qui concerne les Pyrénées et les parcs nationaux et régionaux.

La section Hendaye > Saint-Jean-Pied-de-Port

1100km, c’est long, et la plupart d’entre nous n’avons pas 2 mois de vacances. Pas mal de gens le font en plusieurs micro-aventures, et notamment le tronçon Hendaye – Saint-Jean-Pied-de-Port ! Beaucoup de personnes que nous avons croisées faisaient aussi ce tracé long d’environ 100km. Tu peux le faire en 5 jours à un rythme tranquille, ou même en 7 jours en respectant vraiment le nombre d’étapes.

Le vrai plus du GR10, c’est aussi la possibilité de faire du bivouac. Au contraire du GR20 et de la Corse, le camping est autorisé dans les Pyrénes, à condition de ne gêner personne et de ne pas laisser de déchets. On a décidé de le faire en autonomie avec la tente, même si finalement on a passé quelques nuits en hôtel à cause du mauvais temps ahah.

Les paysages paisibles et verts des Pyrénées, sur l'étape du GR10
Les paysages paisibles et verts des Pyrénées

2. Planifier son GR10

(NB : les reliefs indiqués en photo, sont des reliefs sur la distance, pas sur le temps – ils sont objectifs)

GR10 jour 1 : Hendaye à Olhette

Le chemin sillonne la montagne, en descente
Premier jour, une étape très roulante !

La première journée commence en douceur, l’étape est vraiment roulante même si on monte bien en quittant la mer. Environ 11km après Hendaye, tu trouveras une source (là où j’ai pris cette photo !) Puis 2km plus loin tu arriveras une ville frontière près du Col d’Ibardin, où tu peux manger et boire. Tu peux aussi retirer de l’argent si besoin. Puis le chemin t’amènera à l’entrée d’Olhette. La ville en elle-même est en dehors du tracé, mais tu peux trouver plusieurs gîtes et un camping à moins de 500m du chemin.

L’étape fait 21km au total pour 1045m de dénivelé. Elle se fait assez facilement, par beau temps ou mauvais temps.

GR10-jour-1-Hendaye-Olhette
relief jour 1

GR10 jour 2 : Olhette à Ainhoa

La vue sur la Rhune, au départ de l'étape 2 du GR10
La vue sur la Rhune, au départ de l’étape 2 du GR10

Le deuxième jour est composé de deux étapes, pour 23km et 925m de dénivelé.

La première étape relie Olhette à Sare et est longue de 10km. C’est tout simplement la montée vers la Rhune, puis la descente. Si tu es courageux, tu peux monter jusqu’à la Rhune, ce qui rajoute quelques kilomètres à l’étape. La vue en vaut sûrement le coup ! Il y a beaucoup de chevaux sur cette étape, surtout en juin avec tous les poulains. À 4km d’Olhette, tu trouveras une source d’eau. Tu peux ensuite t’arrêter à Sare pour dormir si tu préfères ne faire qu’une étape. Tu peux aussi t’y ravitailler, il y a un SPAR sur le tracé (8h30-12h30 et 16h-19h30 en semaine).

Après Sare, la deuxième étape de la journée fait 13km, pour arriver à Ainhoa. Le profil est presque plat et le chemin très agréable jusqu’à Ainhoa, ce qui en fait une étape facile à doubler. Il existe un gîte d’étape à Ainhoa, le Gîte Harazpy. Il y a aussi le camping Harapzy mais il était fermé lorsque nous y étions, on est donc sorti de la ville pour dormir en tente. La fatigue nous a obligés à arrêter, mais si nous avions marché encore 1km, nous aurions bivouaqué sur une colline avec une vue imprenable sur Ainhoa.

Sare et Ainhoa sont tous deux desservis par un bus qui peut t’emmener à Saint-Jean-Pied-de-Port. Tu as également plusieurs commerces à Ainhoa pour te ravitailler (épicerie typique, café), ainsi qu’une fontaine à eau à la sortie de la ville, sur le tracé du GR10, et sur la colline à côté de la chapelle.

GR10-jour-2-Olhette-Ainhoa
relief jour 2

GR10 jour 3 : Ainhoa à Bidarray

Les premiers kilomètres de l'étape 3 du GR10. On voit la montagne au loin.
Les premiers kilomètres de l’étape 3, en montée

La troisième journée est aussi composée de 2 étapes, pour 21km en tout et 915m de dénivelé. ELle s’effectue aussi assez facilement par beau et mauvais temps.

La première étape va jusqu’au Col des Veaux, 11km de marche. Parcours plutôt montagneux, on grimpe jusqu’au col. Tu peux trouver plusieurs sources d’eau sur le chemin. Une fois au col, tu peux manger à la Ferme Esteben Borda, ils proposent des sandwichs (avec le fromage de la ferme !) et boissons. Ils proposent également des chambres, c’est un gîte d’étape.

Après le Col des Veaux, la deuxième étape rejoint Bidarray avec 10km de marche. On monte une dernière fois avant de redescendre jusqu’à Bidarray sur les 6-8 derniers kilomètres. Quelques passages sur la route et on croise pas mal de chevaux et de vaches ! Bidarray est une ville un peu plus grande, avec un Vival, quelques restaurants et un camping d’étape (12€ la nuit pour 2 personnes en tente). Il y a même une gare !

Plusieurs zones de bivouac sur ces étapes : le bivouac de Gainekoborda (eau potable à volonté), le bivouac du col de Mehatche (avec cabane et parfois de l’eau) et le bivouac du col d’Espalza (source d’eau sauf en été parfois).

GR10-jour-3-Ainhoa-Bidarray
relief jour 3

GR10 jour 4 : Bidarray à Saint-Étienne-de-Baïgorry

Les crêtes d'Iparla, entre France et Espagne. On voit la vallée en contrebas.
Les crêtes d’Iparla

Attention : si le temps est mauvais, cette étape peut être compliquée voire dangereuse. Il y a beaucoup de chemins étroits, de cailloux glissants, et le vent en haut des crêtes peut causer des chutes.

Le quatrième jour est le plus technique mais sûrement une des plus belles étapes de ce GR. On monte jusqu’en haut des Crêtes d’Iparla, puis on marche sur le sommet de ces crêtes pendant toute la durée de l’étape, avec l’Espagne à gauche et la France à droite. Le chemin est très technique, comparable à certaines étapes du GR20 pour ceux qui l’ont fait ! Les derniers kilomètres sont en pente assez abrupte et semblent interminables, jusque sur la route goudronnée. Ils t’amèneront jusqu’à Baïgorry, pour un total de 21km et 1325m de dénivelé !

Au 13ème kilomètre environ, une pancarte indique une source d’eau, 300m hors tracé. Tu peux également camper dans les environs, au bivouac du col d’Harrieta. Il y a également une autre source juste avant d’arriver à Saint-Étienne-de-Baïgorry. Une fois en ville, tu peux te ravitailler et dormir dans les divers hôtels et restaurants, dont un gîte du GR10, à la sortie de la ville, et le camping l’Irouleguy à côté.

Tu peux également prendre le bus ici jusqu’à Saint-Jean-Pied-de-Port.

GR10-jour-4-Bidarray-St-Étienne-de-Baigorry
relief jour 4

GR10 jour 5 : Saint-Étienne-de-Baïgorry à Saint-Jean-Pied-de-Port

Le cinquième jour t’amènera à Saint-Jean-Pied-de-Port en 19km et 905m de dénivelé. L’étape commence en pente assez raide jusqu’à mi-chemin, puis tu auras un petit plateau avant de redescendre jusqu’à la ville. Le bivouac du Col d’Ahraza se trouve sur la route, si tu souhaites découper les étapes. Cette étape aussi peut devenir dangereuse par temps de pluie, la descente finale jusqu’à la ville serait très glissante avec pluie ou orage.

L’arrivée à Saint-Jean-Pied-de-Port fait tout drôle, en retrouvant le bruit de la ville et la grande route ! Tu peux laver tes affaires au Lavomatique du centre, et tu auras évidemment plein d’endroits où loger et manger, avec plusieurs gîtes dans la ville puisque Saint-Jean-Pied-de-Port est aussi le point de croisement des 3 Voies menant au chemin de Compostelle. Une ville pleine de pèlerins donc !

Si tu t’arrêtes ici, ça vaut le coup d’aller explorer le centre et marcher sur les remparts, qui offrent une super vue sur la ville ! Puis tu peux rejoindre la côte en train jusqu’à Bayonne (et ensuite remonter ou redescendre la côte), ou en bus pour d’autres destinations.

GR10-jour-5-St-Étienne-de-Baigorry-St-Jean-Pied-de-Port
relief jour 5

Récapitulatif des étapes

ÉtapeDistanceDénivelé positifDénivelé négatifTempsDifficulté
Hendaye à Olhette21km1045m960m5h15Facile
Olhette à Ainhoa23km925m860m5h45Facile
Ainhoa à Bidarray21km915m960m5h30Moyenne
Bidarray à Saint-Étienne-de-Baïgorry20km1325m1325m6h15Difficile
Saint-Étienne-de-Baïgorry à Saint-Jean-Pied-de-Port19km905m875m4h30Moyenne

Tracés GPX des 5 jours

Les tracés GPX pour les 5 jours (séparés) se trouvent dans ce dossier Drive. (WordPress n’autorise pas à mettre les gpx directement dans l’article).

Le point 0 se situe à la plage à Hendaye, mais nous avons démarré un peu plus loin (où nous étions logés). Le GPX du jour 1 démarre donc un peu après le point 0.

3. Se préparer pour le GR10

Période de l’année

Pour faire le GR10 en entier, les mois d’été sont conseillés, de juin à septembre. En dehors de ces dates, certains refuges ferment. Pour le tronçon Hendaye-SJPP, il est possible de le faire entre avril et octobre, grâce à l’altitude moyenne et conditions pas extrêmes.

La neige arrive assez tardivement dans les Pyrénées, il est donc possible de marcher le GR10 après septembre. En revanche, la météo (pluie et orages) risque d’être moins bonne. Le site « officiel » du GR10 explique en détail comme aborder le GR10 en hiver.

Un autre point important à prendre en compte est la durée des journées. Après septembre, les jours raccourcissent considérablement, au contraire de l’été où l’on peut marcher sans frontale, de 6h à 21h-22h. Si tu préfères arriver le soir lorsqu’il fait encore jour, privilégie les mois d’été. C’est aussi rassurant de savoir que tu as presque 16h de jour pour marcher, et ne pas être piégé par la tombée de la nuit.

Condition physique

Cette section du GR10 s’appelle les pré-Pyrénées et comme son nom l’indique, ce ne sont pas de hautes montagnes et le dénivelé reste correct (1400m de dénivelé positif au maximum, d’après ma montre). Les conditions ne sont pas extrêmes. À partir de Biadarray, le chemin devient plus difficile et technique à certains endroits, mais il reste tout à fait abordable en prenant ses précautions (et en évitant le mauvais temps).

Si tu es déjà un minimum sportif, ou que tu as une bonne condition physique, tu n’auras aucun souci à faire la route sans entraînement supplémentaire. Je compare beaucoup au GR20 mais si tu l’as fait, sache que ce tronçon du GR10 est bien moins difficile.

Si tu n’es pas du tout sportif, il serait mieux de s’entraîner un peu avant, au moins pour pouvoir profiter de la randonnée et ne pas être complètement épuisé(e) après chaque étape.

Budget

Sur ce GR10, tu auras 2 dépenses : la nourriture et le logement.

Pour la nourriture, tu trouveras des supermarchés et commerces vraiment facilement donc les prix seront les prix habituels. En revanche, attends-toi à manger bien plus que d’habitude, ce qui forcément augmentera ton budget ! On a compté environ 150€ à 2 personnes, en comptant un restaurant à Bidarray.

Pour le logement, il y a 3 options : le bivouac (0€, tu peux dormir à la sauvage toutes les nuits), le camping payant (il y en a à toutes les étapes, compte entre 10 et 15€ la nuit, parfois ils font gentiment une réduction), et l’hôtel (entre 50€ et 70€ la nuit). Nous avons essayé les trois, le bivouac est évidemment le mieux, mais par mauvais temps on a pris l’option hôtel.

Les paysages paisibles et verts des Pyrénées, sur l'étape du GR10
Les paysages paisibles et verts des Pyrénées

Matériel

Le matériel utilisé est le même que celui du GR20, avec la liste en entier et en détail dans cet article (je ne peux pas reposter la liste identique ici, autrement Google bloque l’article pour « plagiat » ahah).

Nous avions en plus la tente Oural 2, qui est vraiment bien, quoiqu’un peu lourde.

FAQ matériel GR10

Autonomie ou pas ?

Contrairement au GR20, comme dit plus haut, le bivouac est autorisé sur le GR10. L’option autonomie totale est donc vraiment intéressante ! C’est plutôt la météo qui nous a fait décider entre tente et gîte/hôtel, mais si tu es sur un petit budget (ou si tu aimes juste l’aventure, même par temps orageux), prend ta tente et dort sous les étoiles ! Tu peux aussi prendre ta tente et dormir en camping, en payant un petit montant.

Le seul bémol du bivouac, c’est de transporter plus de matériel. Si tu aimes avoir un sac léger, c’est embêtant. Entre la tente, les matelas, les sacs de couchage, et un réchaud, on avait chacun 2kg en plus que lors du GR20. Notre matos était trop lourd. Si c’était à refaire, je prendrai une tente et un matelas plus léger.

Bâtons de marche ou pas ?

Pas beaucoup de randonneurs en avaient lorsque nous y étions. Nous n’en avions pas non plus, sur aucune de nos randonnées d’ailleurs. Ils ne sont pas indispensables. C’est un choix vraiment personnel, essayes-en avant le départ et vois s’ils te sont utiles !

Chaussures trail ou randonnée ?

J’ai fait la route avec une paire de chaussures de trail, les Hoka Speedgoat 4. Elles sont très bien, mais n’auraient pas fait long feu sur un GR10 entier. Dès que le terrain s’est corsé (au 4ème jour), leur semelle a fait défaut. Je sentais vraiment les cailloux pointus en marchant. La paire de On Cloudventure que j’avais au GR20 aurait été plus adaptée. Simon avait une paire de Millet montante, il en a été satisfait aussi.

En résumé, les 2 types de chaussures sont adaptés, mais si tu prends une paire de trail assure-toi qu’elles aient une semelle suffisamment solide (ou prévois d’en changer sur la route si tu fais le GR10 en entier, au risque d’avoir des ampoules, mais peu de chaussures de trail durent 1100+ km !)

4. Logements, eau et ravitaillement sur le GR10

Voici la liste des logements et points de ravitaillement entre Hendaye et Saint-Jean-Pied-de-Port. J’y ai inclus les liens des sites concernés ou les liens Google Maps, ainsi que les liens Komoot pour l’emplacement précis des sources d’eau.

Étape 4 du GR10, Bidarray à Baïgorry. Le chemin sillonne les crêtes d'Iparla. On voit quelques randonneurs au loin.
Étape 4 du GR10, Bidarray à Baïgorry

Étape 1 : d’Hendaye à Olhette

Ville frontière près du Col d’Ibardin (Urrugne) : restaurants, commerces, eau, retirer de l’argent.

Olhette : hôtel (500m hors tracé), gîte Manttu, camping sur tracé, camping plus loin.

Étape 2 : d’Olhette à Ainhoa

Lien Komoot avec les sources d’eau indiquées sur le tracé.

4km après Olhette : source d’eau, près du train de La Rhune (voir lien Komoot).

Sare : hôtels, gîtes, magasin SPAR (8h30-12h30 et 16h-19h30 en semaine).

Ainhoa : Gîte, hôtel, le camping Harapzy, commerces, fontaine à eau en sortant de la ville.

Étape 3 : Ainhoa à Bidarray

Lien Komoot avec les sources d’eau indiquées sur le tracé.

1km après Ainhoa : source d’eau, bivouac.

Entre Ainhoa et le Col des Veaux : plusieurs sources d’eau sur le chemin (voir lien Komoot).

Ferme Esteben Borda : gîte d’étape.

Bidarray : Vival, restaurants, camping d’étape (12€ la nuit pour 2 personnes en tente), gare.

Entre Ainhoa et Bidarray : bivouac de Gainekoborda (eau potable), bivouac du col de Mehatche (cabane, parfois eau), bivouac du col d’Espalza (parfois eau).

Étape 4 : Bidarray à Saint-Étienne-de-Baïgorry

Lien Komoot avec les sources d’eau indiquées sur le tracé.

13km après Bidarray : camping sauvage (position exacte en lien), source d’eau (300m hors tracé, après spot camping).

2kms avant Saint-Étienne-de-Baïgorry : source d’eau.

Saint-Étienne-de-Baïgorry : hôtels, restaurants, gîte du GR10, camping l’Irouleguy.

Étape 5 : Saint-Étienne-de-Baïgorry à Saint-Jean-Pied-de-Port

Lien Komoot avec les sources d’eau indiquées sur le tracé.

Sur la route : bivouac du Col d’Ahraza.

8km après Baïgorry : source d’eau (point précis sur Google Maps).

10,5km après Baïgorry : source d’eau (point précis sur Google Maps).

Saint-Jean-Pied-de-Port : Lavomatique, gîtes, restaurants, hôtels, commerces, etc.

Les chevaux sauvages sur le GR10
Tellement de chevaux sauvages tout le long du parcours, et des poulains en juin !

Voilà, je te laisse ici !

Bonne chance pour ton futur GR10. Si tu cherches une aventure courte qui ne demande pas spécialement d’entraînement préalable, cette section du GR10 est idéale pour toi !

J’espère que cet article t’aura été utile.

Si c’est le cas, un partage ou même un commentaire fait toujours très plaisir pour le temps investi. 🙂

À très vite !

Céda

Bons plans et conseils dans ta boîte mail

Pour les super warriors qui sont arrivés jusqu’ici, j’ai aussi lancé une liste d’emails pour partager des conseils et des bons plans, mais aussi des nouveaux articles qui sortent, promis aucun spam. Rejoins la famille !

On y parle entraînement, préparation mentale, dépassement de soi et aventure.

14 Commentaires

Pierre -

Excellent. Très bien fait et expliqué

Répondre
Cédalise Mariotti -

Merci pour ce retour ça fait vraiment plaisir 🙂

Répondre
Rodriguez -

J’ai lu et j’ai eu l’impression de marcher à tes côtés.
J’ai fait 850 kms ce printemps et le pic saint barthelemy cet été.
Ce gr10 est mon prochain objectif.
Je vais te suivre

Répondre
Cédalise Mariotti -

Bonjour,
Merci beaucoup pour ce retour positif, ça fait plaisir pour le temps investi 🙂
Bon courage pour ton futur GR10, et au plaisir de te revoir ici !

Répondre
Margaux -

Salut,
Merci beaucoup pour ce riche article ! J’ai envie de m’y rendre dès demain..!

Répondre
Cédalise Mariotti -

Ne plus hésiter, faut se lancer dès que possible ! 🙂

Répondre
Anonyme -

MERCI de ce guide simple qui donne envie de parcourir ce bout de GR

Répondre
Cédalise Mariotti -

Merci pour ce commentaire positif, j’espère que cet article inspirera quelques personnes à se lancer !

Répondre
Anonyme -

Merci bcp pour cette description, j’ai encore plus envie de le réaliser !

Répondre
Cédalise Mariotti -

Ca me fait plaisir d’entendre ça, maintenant plus qu’à se lancer ! 🙂

Répondre
Hervé -

Excellent descriptif des étapes merci !

Répondre
Cédalise Mariotti -

Pas de soucis, j’espère qu’il vous sera utile !

Répondre
Fred -

Super récit très bien ficelé, et adapté

Répondre
Cédalise Mariotti -

Merci de votre retour Fred ! 🙂

Répondre

Laisser un commentaire

Articles similaires :