Accueil » 10 erreurs de débutant en bikepacking & cyclotourisme

10 erreurs de débutant en bikepacking & cyclotourisme

Rédigé par Cédalise Mariotti

Un format un peu différent pour cet article, voici les 10 erreurs de débutant en bikepacking et cyclotourisme. Certaines erreurs que j’ai faites moi-même, et d’autres que j’ai pu voir chez des débutants.

Un voyage à vélo, ce n’est pas comme une sortie de quelques heures où tu peux subir une erreur en sachant que tu seras chez toi dans 2 heures. En cyclotourisme, si tu commets certaines erreurs, tu es obligé de les subir pendant potentiellement toute la durée de ton voyage.

Le seul moyen d’éviter cela, c’est de planifier un minimum et de réduire autant que tu peux ta marge d’erreur, pour pouvoir profiter de ton voyage pleinement.

Voici donc les 10 erreurs de débutant en bikepacking les plus simples à éviter, j’espère que cela t’aidera ! 🙂

erreurs de débutant en bikepacking. La vue de la route dans le rétroviseur d'un vélo, dans le désert australien

Erreur #1 : penser qu’il te faut tout le matériel dernier cri

La première des erreurs de débutant, c’est de penser qu’il te faut tout le matériel, et surtout le matériel dernier cri. Déjà, il faut savoir que tu n’as pas besoin de *tout* avoir, j’ai d’ailleurs créé 2 listes séparées dans mon article sur le matériel : la liste essentielle et la liste optionnelle. Concentre-toi sur le matériel nécessaire.

La règle #1 : le meilleur matériel, c »est celui que tu as déjà.

Le meilleur vélo pour débuter en cyclotourisme, c’est celui que tu as. Que ce soit un vélo de route, un VTC, un vélo hybride… Adapte ton premier voyage à ton type de vélo. Et il en va de même pour le reste : planifie ta route suivant le matériel que tu possèdes. Tu n’as pas de tente ou de matériel de camping ? Dort en gîte, en hôtel, chez l’habitant. Ou emprunte du matériel si tu peux. Lorsque l’on débute, il faut tester pour savoir ce qui nous plaît, et ça serait dommage de dépenser des centaines dans du matos (voire des milliers pour les vélos) que tu ne réutiliseras pas.

Si tu n’as pas de vélo ni de matériel, je te conseille d’acheter d’occasion, sur Le Bon Coin, TrocVélo, eBay ou même Facebook. Pour les vélos, plein de particuliers en vendent, notamment sur Troc Vélo, tu en trouveras pour tous les prix. Tu peux aussi trouver tout le matériel nécessaire en seconde-main, très souvent en excellent état. Pour mon premier voyage, j’avais trouvé une sacoche de selle a 15 € sur eBay – et je m’en sers toujours ahah !

Juste… Ne pars pas en sac à dos ahah. Trouve au moins une sacoche de vélo, ton dos et tes fesses te remercieront !

Erreur #2 : te lancer dans un entraînement intensif pour un premier voyage

Je sais que celui-ci va en faire parler… Mais attends de voir ce que j’ai à dire. La deuxième des erreurs de débutant en bikepacking, c’est de s’imposer un entraînement intensif. Oui, il est important d’avoir une bonne condition physique pour faire du cyclotourisme ou du bikepacking, et j’en parle beaucoup dans mon article sur la préparation physique et mentale. Autrement, tu risques de ne pas en profiter, et surtout de te blesser. Je ne suis bien sûr pas en train de dire qu’il faut partir n’importe comment.

MAIS : la plupart d’entre nous avons déjà cette condition physique. Elle n’a pas besoin d’être hors du commun, puisque ton voyage sera à la vitesse que tu souhaites, la distance que tu souhaites. Le vélo, c’est accessible à tous. J’en suis intimement convaincue. Et je suis presque certaine que toi, qui lit ceci, tu es déjà en capacité de faire ce voyage. Et si tu veux vraiment t’entraîner au préalable, alors ne te lance pas dans un entraînement intensif avec des intensités, sorties longues deux fois par semaine et j’en passe. Tout ce que ça fera, c’est te décourager.

La règle #2 : roule au temps, sans te soucier des kilomètres ou des intensités.

La seule chose qui importe vraiment (en tant que débutant), c’est d’apprendre à gérer la distance. Et le seul moyen d’y arriver, c’est d’aller rouler 50 km, 100 km, 150 km et de voir comment tu réagis. Borner. Essayer de rouler 100 km deux jours de suite, par exemple. Partir rouler tôt le matin ou tard le soir, pour voir. Apprendre à ton corps à supporter 5h, 8h, 12h assis sur une selle, car tes fesses te feront (bien) plus mal que tes jambes une fois sur la route !

À titre d’exemple, j’ai fait des voyages de 1000 km à 5000 km et je n’ai jamais fait d’intensité de ma vie sur un vélo… T’embête pas avec ça, vraiment.

Erreur #3 : ne rien connaître en réparation de vélo

La troisième des erreurs de débutant en bikepacking, c’est de partir avec zéro connaissance en mécanique et zéro matériel de réparation. Je le dis parce que j’en ai fait les frais. Connaître les bases pour réparer ton vélo, c’est non négociable. Tu vas vite le comprendre : la clé en bikepacking, c’est l’anticipation. Il vaut mieux emmener du matériel de réparation pour rien, plutôt que de devoir arrêter ton voyage à cause d’un petit souci mécanique.

La règle #3 : anticipation et planification, les clés d’un voyage réussi.

Alors oui, évidemment, tu peux toujours te dire que tu croiseras d’autres cyclistes qui auront le matériel. Ou bien que tu passeras par des villes où tu pourras faire réparer ton vélo. Mais dépendre des autres, ce n’est pas la meilleure stratégie en cyclotourisme. Pour pouvoir profiter pleinement de ton voyage, il faut le préparer et le planifier un maximum pour être tranquille.

Au minimum, tu dois pouvoir démonter un pneu, changer une chambre à air (ou mettre une rustine) et la gonfler, remplacer un maillon de chaîne et la graisser, ajuster la selle, le guidon… si tu as mal quelque part. C’est le strict minimum et je te conseille d’apprendre un max de choses avant le départ !

erreurs de débutant en bikepacking. Une passerelle menant à la plage, avec un vélo posé contre la rambarde, et la mer au loin.
L’arrivée à la mer après 4500 km à travers l’Australie (2019)

Erreur #4 : surestimer tes jambes

Parmi les erreurs de débutant en bikepacking, la quatrième est de se surestimer. Est-ce que le tracé est plat ou avec pas mal de dénivelé ? Est-ce que tu rouleras sur de la route, des chemins, des graviers ? Traverseras-tu suffisamment de point de ravitaillement ? Toutes ces questions que tu dois te poser avant le départ, pour t’assurer que tu ne seras pas pris de court. Par exemple, ne t’embarque pas sur la Vélodyssée avec des pneus en 23, tu risques de regretter pour un premier voyage !

Regarde aussi la météo, le temps qu’il fera. Pour un premier voyage, trouve un créneau sans pluie, avec du beau temps, pas trop de vent (6-8 km/h), pas trop de dénivelé (la moyenne est 100 m de dénivelé par 10 kilomètres). L’idée, c’est d’arriver au bout et surtout d’avoir envie de recommencer dès que tu arrives !

La règle #4, donc : assure-toi de rouler dans des conditions que tu maîtrises.

Erreur #5 : surestimer tes fesses

La cinquième des erreurs de débutant en bikepacking, c’est de croire que tes fesses sont plus fortes que celle des autres. Ravale ton ego et achète un short de cycliste ! On en rigole, mais ces frottements peuvent très vite devenir un problème très sérieux. J’ai vu des cyclistes (plutôt en ultra) qui terminaient leur course en danseuse car ils ne pouvaient plus s’asseoir sur leurs fesses… et l’un d’entre eux a dû se faire opérer en cours de route parce que ça s’était infecté. C’est la partie de ton corps qui sera probablement la plus douloureuse.

La règle #5 : prend soin de tes fesses.

Pour ce qui est de la crème anti-frottement, elle peut être utile aussi, si tu es vraiment sujet aux douleurs des fesses. Je n’en ai jamais utilisé, mais beaucoup de cyclistes ne jurent que par ça. À toi d’essayer et de voir si ça te convient. En général, la règle est d’en mettre avant d’avoir les douleurs (c’est préventif).

Erreur #6 : emmener trop d’affaires (et mal les ranger)

La frénésie du départ nous fait parfois emmener du matériel de dernière minute, et puis une fois sur la route, on tombe dessus et on se demande pourquoi on a emmené cette deuxième brosse à dents ?? « Au cas où » ? Crois-moi, tu ne mettras pas ce troisième tee-shirt, ni cette paire de baskets, et tu n’utiliseras pas ces 15 rayons de roue de rechange. C’est difficile à entendre, je sais, ça me fait mal aussi !

La règle #6 : il faut savoir exactement où est quoi, à tout moment.

Plus sérieusement, c’est (aussi) une question d’économie de temps lorsque l’on est fatigué. Avoir trop d’affaires, c’est souvent perdre son temps à chercher ce qu’on veut utiliser (ce sont deux années de sacoche de selle en bazar qui parlent !) Alors si tu veux vraiment emmener autant de matériel que tu peux, assure-toi de pouvoir porter tout ce poids, et surtout, range bien tes sacoches. Tu te remercieras sur la route. 😉

erreurs de débutant en bikepacking. Une route le long d'un lac, et un cycliste roule dessus, au loin
Un des weekends à vélo avec le club de la fac

Erreur #7 : vouloir faire trop, trop vite

La septième des erreurs de débutant en bikepacking, c’est de vouloir faire trop, trop vite. Si tu es comme moi, dès que tu te lances dans quelque chose, tu t’emballes et tu vois grand, trop rapidement. C’est exactement ce que j’ai fait en bikepacking, en partant en voyage de 5000 km sur 3 semaines, 6 mois après avoir commencé le vélo (lol). Est-ce que j’étais prête ? Oui. Mais est-ce que j’ai respecté mon corps ? Non. Je m’en suis tirée avec une tendinite du talon d’Achille, 3 mois d’arrêt et un « trop plein » du vélo.

La règle #7 : ne prévois pas plus que ce que tu penses être « prêt » à faire.

Se sentir « prêt » ne veut pas forcément dire que tu dois aller plus loin, plus fort, plus vite… Il faut reconnaître ses capacités et ses limites. Si c’était à refaire, je referai probablement pareil parce que je suis têtue ahah, mais dans l’idéal, il faut y aller pas à pas.

Commence par un itinéraire moyen, pas trop long, par exemple sur un week-end. Tu peux tester ton matériel et voir comment tu t’en sors. Puis augmente peu à peu, le nombre de jours et de kilomètres. Repousse tes limites un peu plus à chaque fois !

Erreur #8 : ne pas tester son matériel avant de partir

La huitième erreur de débutant en bikepacking, et peut-être la plus fréquente. On fait des bornes à vélo, des centaines de kilomètres à l’entraînement, on a trouvé son matériel, ses sacoches, tout est prêt, le jour du départ arrive… et les problèmes commencent. Ta sacoche de selle frotte sur ta roue arrière, ta dynamo a le mauvais angle, ta sacoche de guidon gêne tes mains, les prolongateurs te tuent le dos, bref, rien ne va vraiment. Pourquoi ? Parce que tu t’es entraîné sur ton vélo « nu », sans sacoche, sans lumière, sans rien.

La règle #8 : teste ton matériel avant le départ.

Il faut absolument s’entraîner en répliquant au maximum les conditions du voyage. C’est-à-dire, faire ta sortie longue avec toutes tes sacoches pleines, pour voir si tout tient en place et est correctement installé. Aller rouler de nuit pour tester ton éclairage avant et arrière. Mettre tes prolongateurs si possible pour toutes tes sorties, pour t’habituer à la position. Et ainsi de suite, pour n’avoir aucune mauvaise surprise lors de ton voyage !

Erreur #9 : compliquer le processus

Je sais que ce n° 9 semble aller à l’encontre de la préparation, la planification. Mais le monde du bikepacking est aussi un monde de gadget où il est trop facile de se perdre. N’attends pas d’avoir le Garmin dernier cri, de connaître ton FTP, d’avoir un capteur de cadence, d’avoir atteint 27,7 km/h de moyenne au compteur, d’enfin acheter le dernier LOOK… Lance-toi. Avec ton niveau, avec ce que tu as.

La règle #9 : pédale, mange, bois, dors et recommence, jusqu’à destination. C’est tout.

Si tu ne dois retenir qu’une seule règle, c’est celle-ci. Le cyclisme, c’est simple : un tour de pédale à gauche, à droite, à gauche, puis encore à droite. Fais quelques pauses, mange de temps en temps et bois souvent. N’oublie pas de regarder le paysage et de sentir le vent chaud sur ta peau. Apprécie la force de tes mollets et apprends à aimer la sensation de ne plus sentir tes fesses ahah. Le retour à l’essentiel. 🙂

erreurs de débutant en bikepacking.
La fois où je n’ai pas vérifié la route et j’ai fini sur un chemin de gravel en vélo de route, à 9h du soir ahah

Erreur de débutant #10 : écouter ton cerveau

La dixième erreur de débutant en bikepacking, et peut-être la plus commune : écouter ton cerveau lorsqu’il te dit que tu n’en es pas capable. En vélo « classique », il n’y a pas de secret : il faut en avoir dans les jambes, pour aller vite on peut ne peut pas tricher. En cyclotourisme, ton mental détermine en grande partie ta réussite. Cela signifie qu’il faut briser tes barrières internes et tes blocages, mais ce qui est génial, c’est que tu peux tricher. C’est compliqué à expliquer en 2 lignes, mais concrètement, tu peux avoir des pensées négatives et décider de ne pas les suivre.

La règle #10 : n’écoute pas ton cerveau – suis tes jambes.

J’entends souvent dire que les jambes lâchent avant le cerveau, lors de longs efforts sur plusieurs jours. La vérité, c’est que ton cerveau lâche souvent bien avant tes jambes. Parfois même dans les premiers kilomètres, l’effort qui t’attend peut te décourager. Dès le début. J’en parlerai plus en détail dans un article sur la préparation mentale parce que c’est un sujet extrêmement vaste qui mérite qu’on en parle.

Tes jambes sont « indépendantes » : elles peuvent continuer de tourner pendant 7 jours sans problème. La seule chose qui les limite, c’est ton cerveau, tes pensées. Le moment où tu commences à penser que tu en as marre, que tu n’en peux plus, tes jambes suivent cette pensée. C’est pour ça qu’il est important de séparer tes pensées de ce que tu es en train de faire. Laisse ton cerveau parler et continue de tourner les jambes, et tout se passera très bien.

Conclusion : les erreurs de débutant en bikepacking

Voilà les 10 erreurs de débutant en bikepacking.

Il y en a d’autres, mais n’oublie pas que faire des erreurs, ça fait aussi partie du processus ✌🏻

Merci d’avoir lu jusqu’ici !

À lundi prochain, dans l’article sur la préparation mentale et physique,

Céda

L’aventure dans ta boite mail ?

Pour les super warriors qui sont arrivés jusqu’ici (merci !), j’ai aussi lancé une liste d’emails. On y parle entraînement, préparation mentale, dépassement de soi et aventure.

Promis aucun spam, et tu peux évidemment te désinscrire à tout moment.

Rejoins la famille, le prochain email est mardi !

6 Commentaires

Carlin -

Super article qui met les mots sur mon ressenti et explique bien le fonctionnement de notre corps
Il donne envi de se remettre en route

Répondre
Cédalise Mariotti -

Merci de ce retour, ça fait plaisir de voir que l’article donne envie de se remettre en route !

Répondre
Pierre -

Je fais du cyclotourisme depuis 25ans et du bikepacking depuis 2ans…
C’est tellement ca ! Merci d;avoir formalisé par écrit tout ce que j’ai accumulé comme expérience…
Ce sont des principes de bases…Après il y a tellement d’autres choses à apprendre sur la route.
Merci

Répondre
Cédalise Mariotti -

Ça fait plaisir d’avoir confirmation de la part de quelqu’un avec autant d’expérience ! Ce sont vraiment des principes de base oui, et bien sûr on en apprend à chaque voyage 🙂

Répondre
Steve Castonguay -

Super intéressant!
Hâte de lire ton texte sur la préparation mentale.

Répondre
Cédalise Mariotti -

Merci d’avoir pris le temps de lire cet article, je suis contente qu’il plaise !
L’article sur la préparation mentale sortira dans les prochaines semaines 🙂

Répondre

Laisser un commentaire

Articles similaires :